Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Menu

L’Agence mondiale antidopage restera à Montréal

TVA Nouvelles | Publié le – Mis à jour

MARC BRAIBANT / AFP/Getty Image

Le siège de l’Agence mondiale antidopage restera à Montréal, «une victoire pour le Canada», estime le ministre fédéral Marc Garneau, au sortir d’une réunion avec le Comité olympique international.

Cette fin de semaine, une délégation composée de représentants de Montréal international, du ministre fédéral des Transports Marc Garneau ainsi que la ministre québécoise des Relations internationales Christine St-Pierre s’est rendue à Paris pour convaincre le comité de conserver le statu quo.

Selon l’entente actuelle, l’avenir de l’AMA à Montréal est assuré jusqu’en 2021, mais certains membres du CIO auraient aimé que l’Agence soit déménagée par la suite.En entrevue avec TVA Nouvelles tout juste après la rencontre, le ministre Garneau a indiqué que des négociations auraient lieu dans les prochaines semaines entre Montréal international et le CIO sur une modernisation de l’entente. On évite ainsi le lancement d’un appel d’offres pour trouver une autre ville où installer l’Agence.

«Je pense que c’est une victoire pour le Canada», a déclaré M. Garneau.

La nouvelle entente sera présentée à Séoul en novembre, pour une approbation finale.

«On va travailler dans les semaines à venir à mettre en place une entente qui est mise à jour et qui va satisfaire toutes les parties», dit Marc Garneau.

On compte présentement 85 employés de l’Agence à Montréal, un nombre qui va augmenter.

Dans son allocution, la délégation canadienne a aussi misé notamment sur la distance entre Montréal et le siège du CIO, en Europe, ce qui donne une plus grande indépendance à l’Agence mondiale antidopage, ainsi que sur la qualité de la main-d’œuvre.

«On a des alliés autour de la table, souligne la ministre St-Pierre. Il y a des gens qui considèrent que l’Agence mondiale antidopage a sa place à Montréal, qu’il faut une indépendance entre Montréal et Lausanne (siège du CIO). C’est un argument qui est très fort et qui porte fruit.»

De nombreux autres arguments ont aussi été présentés : «on a des professionnels ici. On a accès à beaucoup de recherches dans nos universités. On a l’institut Armand-Frappier, qui est accrédité pour faire les tests», a énuméré le ministre Garneau.