Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Marc Garneau

Votre député de


Notre-Dame-de-Grâce-Westmount

Menu

Nouveaux investissements pour les eaux du Canada

Transports CanadaOct. 12, 2017, 11:29 ET

Colombie-Britannique (Photo: Jonathan Hayward Archives La Presse canadienne)

Financement en hydrographie et en cartographie pour renforcer la sécurité de la navigation dans les ports de la Colombie-Britannique, et la science des eaux usées pour protéger nos milieux marins

VANCOUVER, le 12 oct. 2017 /CNW/ – La sécurité et le gagne-pain des marins, des peuples autochtones et des collectivités côtières reposent grandement sur les relevés et les cartes hydrographiques. Le monde entier constate les impacts de la pollution et des contaminants, ce qui nous rappelle qu’il faut préserver l’environnement unique du Canada.

Dans le cadre du Plan de protection des océans, d’un montant de 1,5 milliard de dollars, le gouvernement du Canada s’est engagé à renforcer la sécurité de la navigation en fournissant des services hydrographiques et cartographiques modernes et améliorés dans des zones clés. Aujourd’hui, l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, a annoncé un investissement de près de 20 millions de dollars sur cinq ans pour cartographier les ports et les zones côtières névralgiques de la Colombie-Britannique.

Grâce à ce nouvel investissement, le Service hydrographique du Canada de Pêches et Océans Canada pourra fournir des services hydrographiques et cartographiques améliorés et modernes dans les zones clés des voies navigables et des ports commerciaux très achalandés afin de favoriser une navigation plus sécuritaire et efficace. Ces renseignements nous permettront de mieux comprendre les fonds marins afin de protéger notre environnement.

Le Canada est également résolu à améliorer notre compréhension des contaminants conventionnels et émergents dans les eaux usées. Le secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement du Canada investit cette année 400 000 $ pour financer un examen technique des contaminants dans les eaux usées qui sera mené par le Réseau canadien de l’eau. Un groupe d’experts, présidé par M. Don Mavinic, de l’université de la Colombie-Britannique, réalisera l’examen. Cette initiative démontre l’engagement du Canada à l’égard de l’amélioration de la qualité de l’eau.

Le gouvernement du Canada continuera d’investir dans la science pour garantir un environnement plus sain et des cours d’eau plus propres.

Citations

« Cet investissement en hydrographie et cartographie améliorera les cartes de navigation et l’accès à des produits hydrographiques dynamiques dans les zones critiques du pays sur lesquelles les renseignements de navigation sont limités ou désuets. Ainsi, nous pourrons tenir notre promesse d’améliorer la sécurité en mer et l’efficacité des services maritimes, tout en protégeant les habitats côtiers, les écosystèmes et les espèces marines du Canada. »

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports

« Le Canada s’attaque à des problèmes qui sont importants dans la vie quotidienne des Canadiens, que ce soit en étudiant les contaminants nocifs et émergents dans les eaux usées et les nouvelles technologies qui pourraient aider à réduire les risques posés par ces contaminants ou en déterminant quelles ressources pourraient être récupérées dans les installations de traitement de l’eau. Le gouvernement du Canada est déterminé à se servir des connaissances scientifiques afin d’éclairer ses décisions et à contribuer à l’assainissement des rivières, des lacs et des océans pour tous les Canadiens. »

Jonathan Wilkinson, secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Les faits en bref

  • Tous les bateaux qui naviguent dans les eaux canadiennes doivent utiliser et avoir à bord des cartes marines. Le Service hydrographique du Canada de Pêches et Océans Canada est responsable de recueillir, de gérer et de fournir des données bathymétriques, hydrographiques et nautiques en créant des cartes marines papier et électroniques.
  • Le Service hydrographique du Canada est responsable de cartographier le plus long littoral du monde (243 792 kilomètres) ainsi que 6,55 millions de kilomètres carrés de plateau continental et d’eaux territoriales.
  • Le groupe d’experts du Réseau canadien de l’eau produira un rapport à partir des renseignements qu’il aura recueillis. Le rapport ne constitue pas un examen de la réglementation et des politiques fédérales existantes relatives aux eaux usées. Le projet sera terminé d’ici le 31 mars 2018.